//
du liest...
Parteipolitik

AHA: «Séparer l’Eglise et l’Etat»

Logo de l'asbl AHARevoir la Constitution, réformer le financement public des cultes, promouvoir les cérémonies civiles, réaffecter les édifices culturels et introduire un cours unique d’éducation aux valeurs: voilà les cinq axes des revendications de I’«Allianz vun Humanisten, Atheisten & Agnostiker» aux partis politiques en vue des élections parlementaires du 20 octobre. AHA ne fait en fait que rappeller les positions qu’elle défend depuis ses origines. Un article de Claude Karger paru dans le Lëtzebuerger Land.

Procéder à une séparation réelle et effective des affaires étatiques et ecclésiastiques

En ce qui concerne la Constitution, l’association revendique surtout l’abandon des articles 22 et 106. Le premier traitant des conventions avec les cultes, le second des traitements et pensions des ministres des cultes qui sont à charge de l’Etat. En vue d’une séparation réelle et effective des affaires étatiques et ecclésiastiques, AHA propose d’introduire un article nouveau consacrant la neutralité de l’Etat luxembourgeois et garantissant ainsi la liberté de conscience ainsi que la liberté de religion, qui pourrait se lire comme suit: «Le Luxembourg est un Etat laïque».

Quant à la réforme du financement public des cultes, l’asbl estime qu’il n’est pas tenable que le contribuable soit obligé à contribuer au financement des cultes, ceci indépendamment de sa conviction religieuse ou philosophique. En conséquence, l’abrogation du décret du 30 décembre 1809 sur les fabriques d’églises s’imposerait. Aux communautés religieuses de couvrir elles-mêmes les frais de fonctionnement des édifices cultuels dont elles sont propriétaires. Les ministres des cultes ne devraient par ailleurs pas être assimilés aux fonctionnaires d’Etat et leurs traitements et leurs pensions ne devraient plus être imputés au budget des dépenses de I’Etat.

En ce qui concerne la promotion des cérémonies civiles, AHA soutient les efforts des communes en vue d’un élargissement de l’offre. Ily aurait lieu à cette fin de mettre en place une infrastructure adéquate et confessionnellement neutre d’un point de vue architectural. De même, les communes pourraient offrir selon l’asbl des lieux alternatifs d’inhumation en affectant par exemple des surfaces en pleine nature à cette fin.

Réaffecter les bâtiments ecclésiastiques à des fins sociales, culturelles, commerciales, sportives et d’habitation

AHA estime aussi qu’une étude devrait se pencher sur la réaffectation des bâtiments ecclésiastiques qui relèvent de la propriété étatique ou communale. «Il paraît absurde qu’en période de ressources financières précaires, la collectivité continue à subventionner des bâtiments sous-utilisés par rapport à leur capacité d’accueil. AHA est d’avis que l’Etat, et le cas échéant les communes, devrait proposer aux communautés religieuses de racheter les édifices cultuels dont il est le propriétaire. Quant aux édifices non rachetés, AHA plaide pour une transformation de ces bâtiments ecclésiastiques en vue de leur réaffectation à des fins sociales, culturelles, commerciales, sportives ainsi qu’à des fins d’habitation. De nombreux exemples existent dans d’autres pays», souligne l’association, qui s’étend aussi longuement sur le cours unique d’éducation aux valeurs.

L’éducation aux valeurs, vite

AHA renvoie à cet égard à l’expérience du cours de l’éducation aux valeurs au Lycée Ermesinde lequel est en place depuis 2005. Ce cours unique remplace l’option de choisir entre l’instruction religieuse et le cours de morale laïque. Alors que l’évaivation chargée par le Ministère de l’Education nationale fait état d’un bilan positif de ce cours, que leroupe d’experts chargé par le Gouvernement de réfléchir sur I’évolution future des relations entre les pouvoirs publics et les communautés religieuses ou philosophiques estime dans son rapport que ce cours constituerait un modèle en vue de remplacer les cours de religion confessionnels par des cours d’éveil culturel et religieux, AHA propose d’introduire un cours unique d’éducation aux valeurs par le bais d’un amendement relatif aux articles 14 et 15 (portant suries disciplines enseignées aux classes inférieures et aux classes supérieures) du projet de loi n°6573 portant sur l’enseignement secondaire. Enfin, en ce qui concerne l’enseignement fondamental, un tel cours pourrait être mis en place par un nouveau projet de loi modifiant la loi du 6 février 2009 portant organisation de l’enseignement fondamental à l’endroit de l’article 7.

(Source: D’Lëtzebuerger Land, 09/08/2013)

Diskussionen

Es gibt noch keine Kommentare.

Hinterlasse eine Antwort

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden / Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden / Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden / Ändern )

Google+ Foto

Du kommentierst mit Deinem Google+-Konto. Abmelden / Ändern )

Verbinde mit %s

Unsere Facebook-Seite

%d Bloggern gefällt das: