//
du liest...
Verschiedenes

Les politiques prennent le pouls à la braderie

BraderieOpération séduction dans les rues de Luxembourg où les formations politiques ont quasiment toutes sorti l’artillerie lourde pour aller à la rencontre de la population. À moins de sept semaines des élections et alors que la campagne électorale tarde à débuter, les partis ont presque tous envahi la capitale hier à l’occasion de la traditionnelle braderie de rentrée. Un reportage d’Olivier Landini pour Le Quotidien.
À l’exception de déi Lénk et du KPL, tous les autres partis politiques étaient présents le lundi avec au moins un stand dans la capitale à l’occasion de la traditionnelle braderie de rentrée : le CSV, le LSAP, le DP, déi gréng et l’ADR dans la rue Philippe-II. Quant aux deux nouveaux venus, le Parti pirate et le PID, ils avaient été relégués place d’Armes.

À moins de sept semaines des élections et alors que la campagne électorale tarde à débuter, les partis politiques ont évidemment profité de la vitrine offerte par la braderie pour se mettre en avant et aller à la rencontre de la population. Une opération séduction que semblent d’ailleurs avoir pris très au sérieux les différentes formations politiques au regard des personnalités que les passants ont pu croiser, hier, ça et là, dans les rues de la capitale.


Coup d’envoi

de la bataille électorale

Du côté du CSV, pour ne citer que quelques noms, on retiendra la présence en matinée du Premier ministre en personne, Jean-Claude Juncker, du ministre des Finances, Luc Frieden, ou bien encore de la vice-présidente de la Commission européenne, Vivianne Reding, visiblement venue en renfort pour aider ses petits camarades mis en difficultés ces derniers mois. Côté socialiste, le ministre de l’Économie, Etienne Schneider, le ministre de la Santé, Mars Di Bartolomeo, ou bien encore le ministre du Travail, Nicolas Schmit, pour n’en rester qu’à ces trois-là, étaient également au rendez-vous.

Et les partis d’opposition n’étaient à ce jeu-là pas en reste. Députés verts et libéraux ont également arpenté les rues, recherchant le contact avec les citoyens, multipliant les occasions d’entrer en discussion. «Je pense que c’est aujourd’hui (NDLR : hier), le véritable coup d’envoi de la bataille électorale», a notamment confié François Bausch, le président de la fraction déi gréng au Parlement.

Alors que les programmes électoraux des principaux partis ne sont pas encore définitivement arrêtés, il ne s’agissait évidemment pas de vendre des contenus, hier, mais davantage d’être présent, visible sur le terrain et d’être attentif aux doléances venant des citoyens. Et parfois, certes, de défendre quelques principes directeurs comme le relate Etienne Schneider. «Une commerçante m’a demandé pourquoi l’index n’était pas aboli. Je lui ai expliqué pourquoi c’est important de le conserver, que c’est un instrument qui permet d’adapter le pouvoir d’achat – surtout des gens qui ne gagnent pas beaucoup – à l’augmentation des prix. Et que si on l’abolissait, on irait vers une société à deux classes», indiquait-il.

Transport, logement, chômage et situation financière du pays : tels semblent être les sujets récurrents sur lesquels les politiques ont été interpellés au cours de la journée d’hier. Quant au scandale du Service de renseignement, l’affaire qui est à l’origine de l’organisation d’élections anticipées? «Ça n’a pas du tout été évoqué par les gens. Ce qu’ils disent quand ils en parlent, c’est uniquement que ce qui s’est passé était juste ou au contraire que ça ne l’était pas», fait savoir Frank Kuffer, l’ancien journaliste de RTL qui figure désormais sur les listes du CSV.

Pour les petits partis, nouveaux venus sur la scène nationale comme le Parti pirate et le PID, la braderie était évidemment une occasion idéale pour mieux se faire connaître du public et vendre leurs idées alors que l’affluence était importante dans les rues de la capitale. D’autant plus que les pirates avaient l’avantage sur tous les autres partis de pouvoir déjà présenter aux passants le programme sur lequel ils s’engagent si jamais ils sont élus.

(Source: lequotidien.lu)

Diskussionen

Es gibt noch keine Kommentare.

Hinterlasse eine Antwort

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden / Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden / Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden / Ändern )

Google+ Foto

Du kommentierst mit Deinem Google+-Konto. Abmelden / Ändern )

Verbinde mit %s

Unsere Facebook-Seite

%d Bloggern gefällt das: